Retour à l'index - Back to index Mon blog / My blog


Sergei Prokofiev
(1891-1953)
     
 
 Concerto pour piano n° 3  
Daniel Wayenberg - Orchestre national de France - 28/3/57 - Live - Thanks to Jean-François Fauduet
 
   

On est tellement habitué aux versions Argerich ou Janis par exemple que le premier mouvement paraît très bien sans plus ; tout change dans le 2e mouvement et ses 5 variations. Pianiste et chef rivalisent d'élégance "d'insight", exacerbant ici le côté jazzy ou sarcastique là l'intériorité. Quel pianiste ! c'est au moins aussi bien que Alexander Toradze avec Guergiev. Les appétits de Kubelík tant pour la musique russe que pour les néoclassiques se conjuguent ici à merveille. Un des rares solistes que Kubelík ait dirigé et qui soit toujours vivant (avec quand même Argerich, Freire et Perahia !).

13/01/09

A pianist quite unknown these days, despite his unique artistry. Brisk tempi, characterization, everything is there before Janis, Argerich or Toradze.

01/13/09

     
 
Symphonie n° 1  
New York Philharmonic - 7/11/1981 - Live - Thanks to Jean-François Fauduet
 
   

 

Qui l'eut cru ? Cette version est extraordinaire de vie, l'opposée de celle qui avait notre préférence jusqu'ici, celle de Rojdestvensky. Dommage que la prise de son soit si déficiente. Une version originale, "romantique". Notre récente discographie comparée a apprécié surtout le 1er mouvement. A noter que cette comparaison nous a fait découvrir Yuri Simonov.

29/3/06

A wonderful lecture of a piece one could have thought it was not very well suited to the conductor. He gave a very 'romantic' lecture, which did not win our recent compared listening though, headed by Yuri Simonov (a discovery), Che and Svet.

3/29/06

References

     
 
Concerto violon n° 1
David Oïstrakh - Orchestre symphonique de Prague
Printemps de Prague - 15/5/1947 - Live - Multisonic - Thanks to Alan Carrier
 
   

A part quelques concertos, Roméo & Juliette et la symphonie classique, Prokofiev n'était apparemment pas la tasse de thé de Kubelík. Il enregistra ce concerto à Prague avant l'exil, avec celui de Khatchaturian. Il s'agit évidemment d'un document historique, le son étant quelque peu ouaté, mais on entend bien les intentions du soliste et du chef, avec un superbe 3è mouvement, comme on voudrait en entendre plus souvent. Ici, la liste de tous les violonistes que Kubelík a dirigé au cours de sa carrière.
Durant l'après-guerre jusqu'à son départ de Tchécoslovaquie en 1948, furent invités Charles Munch, Ginette Neveu, Nicole Henriot, le quatuor Calvet, Myra Lympany, Adrian Boult, Leon Goossens, le Griller quartet, Leonard Bernstein, Eugene List, Evgueni Mravinski, David Oïstrakh et Lev Oborin. Oistrakh donna également ce soir-là le Brahms et le Khatchaturian avec Kubelík et quatre jours plus tard un récital avec Kubelík au piano, avec notamment la sonate en fa mineur de Prokoviev. Il fut également membre du jury du Concours international de violon, organisé à la mémoire de Jan Kubelík.
Le remastering Andromeda donne un son un peu plus propre (24/2/08).

An historical document, recorded in Prag before his departure. This is splendid, even if the sound is rather dull (a little bit improved in the Andromeda remastering - 2/24/08).

 Biographie de Rafael Kubelík - Discographie de Rafael Kubelík - Liste des concerts de Rafael Kubelík - Les meilleurs enregistrements de Rafael Kubelík
 Biography of Rafael Kubelík - Discography of Rafael Kubelík - Concerts list by Rafael Kubelík - Best of Rafael Kubelík